Cover

Avec la version PSP de Valkyrie Profile, j’ai pu porter un nouveau regard sur ce titre, quelques années après sa sortie initiale. Ma grande admiration pour ce titre n’en a été que renforcée. Ses qualités ludiques, narratives et esthétiques en font toujours l’un des plus grands RPG jamais conçu.

Ayant attaqué directement par le mode Hard, que j’avais déjà eu l’occasion de pratiquer, je n’ai pas eu trop de problèmes au niveau de la difficultéet pu m'orienter directement vers la Fin A, qui demeure toujours un véritable calvaire inaccessible sans une FAQ à portée de main. Le principe du jeu, recruter les âmes de héros, les entraîner et les envoyer au dieu Odin en vue du Ragnarok est toujours aussi intéressant, notamment grâce aux possibilités de faire évoluer psychologiquement ses personnages. Ca ne demeure que de la statistique mais il est fort probable qu’un titre poursuive un jour dans cette voie et propose autre chose que les sempiternelles Force, Dextérité, etc… Si j’en ai l’occasion un jour, j’aimerai énormément réfléchir et mettre en place un système de progression psychologique des personnages dans un RPG ou autre.

Mais revenons à Valkyrie Profile. Toujours aussi beau, les décors sont magnifiés par l’écran de la PSP, même si certains environnements ont été saccagés, ceux où les personnages semblent proches notamment. Néanmoins, le jeu conserve sa grande richesse visuelle et son contexte unique. Les références historiques et évidemment mythologiques sont nombreuses, alors que la plupart des histoires des personnages que l’on rencontre sont touchantes et profondes. On découvre l’humanité sous toutes ses facettes à travers les histoires de chaque personnage. La folie de Lezard Valeth, l’ambition de Mystina, la sagesse de Lorenta, le l’ardeur de Arngrim, la droiture de Lawfer, la médiocrité de Badrach, le courage sans limite d’Aelia…

Chaque personnage porte en lui une facette de l’humanité et les histoires qui les mettent en scène sont souvent tragiques, puisqu’il faut qu’ils meurent pour que la valkyrie que l’on incarne puisse récupérer leurs âmes. La trame principale est l’affrontement final entre les dieux mais finalement, les nombreuses histoires sont plus intéressantes, notamment celle de l’héroïne, la valkyrie Lenneth.

Cette version PSP est l’occasion de faire le lien avec sa préquelle, Valkyrie Profile 2 Silmeria sur PlayStation, qui sortira courant septembre en version américaine. Lors du passage de château de Dipan, l’un des plus énigmatique du jeu original, Silmeria y fait justement une apparition.

Même après avoir refait plusieurs fois le jeu, il demeure de nombreux mystères, certaines histoires ayant vraisemblablement été écourtées. On ne sait rien de Lady Beliza, mentionné dans l’épisode de Belenus, on ne comprend pas très bien le lien qui lie Lenneth à Brahms, le roi des morts vivants, on ignore comment Lezard a obtenu une telle puissance, ou encore qui est véritablement Grey, son histoire avec Aelia, Celia et Kashell étant à peine esquissée. A noter que l’une des personnages a sûrement été développé sur le modèle de Jeanne d’Arc.

En terme ludique, Valkyrie Profile est toujours aussi impressionnant. Le système de combat demeure l’un des meilleurs à ce jour, défoulant mais bourré de subtilités qui ne sont pas sans rappeler certains concepts des jeux de combats. La mise en scène des super pouvoirs est toujours aussi grandiose, même si finit par s'en lasser.

Non seulement Valkyrie Profile n’a rien perdu de son charme original, mais il s’est enrichit de nouvelles cinématiques, d’une rare qualité pour une portable, qui accentuent les moments importants du scénario. Les musiques de Motoi Sakuraba sont toujours aussi belles dans les moments narratifs et rythmés dans les moments de combat. Quelques musiques de donjons tappent quand même sur le système.

J’ignore pourquoi Final Fantasy VI est mon RPG préféré alors que Valkyrie Profile est objectivement meilleur, supérieur dans à peu près tous les domaines. Le plus fou est qu’une partie de Valkyrie Profile ne ressemblent jamais à une autre, qu’il est sans cesse possible d’optimiser son parcours et ses personnages. La structure du jeu peut être jouée de manière linéaire mais elle est relativement ouverte, il n’est pas obligatoire de récupérer tous les personnages, ni de faire tous les donjons. C’est pour cela que le temps de jeu n’est pas vraiment estimable. On peut le finir en 20 heures comme s’y investir pendant 80.

Valkyrie Profile est un grand jeu et sa sortie PSP ne fait que relancer l’intérêt que l’on peut lui porter. Il demeure un RPG d’exception, peut-être l'un des plus abouti et original qui soit. Valkyrie Profile est l'un des rares jeux a être aussi équilibré au niveau ludique, esthétique et scénaristique, en plus d'être d'une grande beauté.

Valkyrie_Profile_Lenneth__1_ Valkyrie_Profile_Lenneth__2_

Valkyrie_Profile_Lenneth__3_ Valkyrie_Profile_Lenneth__4_

Rendering